tgv« The ghost village »

 

L’histoire du village fantôme de Pirou illustrée par Henry Sultane

The story of the ghost village of Pirou illustrated by Henry Sultane

 

1989…

“Aquatour”, a real estate project starts at Pirou Plage. In no time, around thirty houses are built on the site, but in 1991, the developer goes bankrupt after an unforunate series of mishaps. The companies that have been working on the site are put in a difficult economic situation – some of them file for bankrupcy – and the prospective buyers are at a loss what to do. The long and complex liquidation will last until 2005 … / …The development rapidly deteriorates and the bad weather finishes the job : it ends up looking like a wasteland. Local grafitti artists can soon be seen spray painting on the several hundreds of square metres of the blank walls. The rumour then spreads like wildfire and mainstream street aritsts seize the opportunity…
Pirou which used to be a small seaside resort has become a place to visit : from then on it will be known as the “Ghost Village”. During all these years, nobody has ever actually lived in these houses, except for a much impressive army of graphic ghosts. Aquatour is dead, but the fantasy induced by Ghost Village is striving : it looks quite inhabited indeed, but for how much longer ?
 
Un projet immobilier intitulé « Aquatour » est engagé à Pirou-plage : un lotissement de 78 maisons individuelles, un hôtel avec piscine et des aménagements commerciaux. Une trentaine de maisons sont construites en un temps record. Mais en 1991, après de multiples péripéties, le promoteur du projet fait faillite provoquant un scandale à cause du manque de cohérence financière du projet et des irrégularités commises. Les conséquences sont lourdes pour l’économie locale. Le chantier est arrêté début 1992. Les entreprises qui ont travaillé sur ce chantier sont mises en difficulté, certaines déposent le bilan et les acheteurs des maisons sont désemparés. La liquidation d’Aquatour est prononcée, le site fait l’objet d’une déclaration d’abandon. La liquidation, très longue et fort complexe, durera jusqu’en 2005 … /… Tout d’abord, les graffers locaux viennent exploiter ces centaines de m2 de surfaces vierges et très rapidement, comme une traînée de poudre, le réseau du street art s’empare de cette providence : un village entier à investir sans contraintes. Pirou, petite station balnéaire déjà fort fréquentée pour sa plage, sa lande et son magnifique chateau fort du XIIème siècle, offre un nouveau lieu de promenade : on le nomme désormais « le village fantôme »… 

English translation of the book

PartagerPin on PinterestShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook